Accueil - ESPASS Recherche - Le réseau scientifique

Le réseau scientifique

ERP

erp

 

 

ERP : L’IREIS est membre de l’espace de recherche et de prospective Santé Social. Catherine Lenzi est responsable scientifique des recherches intégrées à l’ERP.

L’Espace de recherche et de prospective a été créé en septembre 2013 par des responsables d’unions, de fédérations, de fondations, d’associations, d'instituts de formation intervenant dans le domaine social  et de la santé.

Cette initiative  fait suite à une prise de conscience partagée qu’il devenait de plus en plus difficile de penser collectivement le présent et l’avenir, tant les acteurs de terrain, les dirigeants ont le « nez dans le guidon » sous les effets du quotidien, de l’urgent, d’une vision politique à très court terme, des contraintes sans précédent, de la « commande publique », de l’accélération de nos modes de vie et des processus d’élaboration de l’action.

Déjà en 2004, Edgard MORIN avait tiré la sonnette d’alarme: « A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgent on finit par oublier l’urgence de l’essentiel ». C’est donc pour remédier à cette situation que l’ERP qui s’est constitué en association loi 1901, mobilise et rassemble aujourd’hui des acteurs du monde associatif qui veulent, ensemble :

  • concevoir, conduire et accompagner le changement, et notamment accompagner l’évolution des politiques publiques, des pratiques et de la formation professionnelle ;
  • favoriser la cohésion sociale.
La méthode choisie consiste à :

  • produire du savoir, des connaissances et du changement, en intégrant davantage la recherche et la prospective dans les milieux de pratique ;
  • mieux croiser les savoirs professionnels issus de la pratique et de l’expérience, et les savoirs académiques, savants ;
  • élaborer des scénarios du futur, en s’inspirant des expériences innovantes, des phénomènes émergeants ;
  • être bien ancré dans la société civile pour être force de transformation et développer l’esprit de fraternité et les solidarités citoyennes ;
  • développer la capacité des personnes accompagnées à être davantage acteurs de leur parcours, que ce soit en institution ou dans les milieux de vie ordinaire, eu égard à leur dignité, et quelle que soit leur vulnérabilité.
Depuis sa création, l’ERP a réalisé différents travaux :

  • Plusieurs recherches en lien étroit avec le département de recherche, l’ESPASS,  de l’IREIS ;
  • Des études prospectives en lien étroit avec la PJJ et les grandes fédérations.
Nos différents travaux dans le domaine de la prospective nous ont notamment amenés à mettre en valeur le rôle de la société civile dans le parcours des personnes accompagnées.

Cette approche était d’autant plus importante que la notion de parcours, nouveau paradigme du social et de la santé, est souvent réductrice et se confond avec le point de vue des institutions.

Elle se limite trop souvent à l’ensemble des « prises en charge » dont a pu bénéficier la personne accompagnée. Or, si on adopte le point de vue de cette dernière, son parcours fait référence à une histoire, des épreuves, des rencontres, bien au-delà des sphères institutionnelles, une quête identitaire et de sens. Pour une part plus ou moins importante, son parcours échappe à l’analyse qu’en font les institutions.

Dans le cadre d’un atelier qui mène une démarche prospective, l’atelier « Parcours », l’ERP s’est tout particulièrement  intéressé au rôle que pouvaient jouer ces acteurs de la société civile et leurs réseaux dans des territoires qui favorisent les rapports de proximité, l’émergence de solidarités citoyennes.

Les travaux de cet atelier ont été repris dans le Chapitre 18 de l’ouvrage « Refonder les solidarités », publié par l’UNIOPSS en mars 2016.

Contact : A l’Uriopss Rhône-Alpes (Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés non lucratifs Sanitaires et Sociaux) 259, rue de Créqui - 69422 LYON Cedex 03 - Tél. : 04 72 84 78 10 / Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Projets réalisés en partenariat avec l’ERP :

- Les centres éducatifs fermés : La part cachée du travail éducatif en milieu contraint (2013-2014)

- Echecs continus de prise en charge des mineurs et statégies institutionnelles (2014-2016)

- De la famille d’accueil au placement familial : La construction d’un champ de pratiques à l’interface des espaces de l’intime, de la formation et de l'institution (ONPE)

- Le travail éducatif contraint en milieu ouvert dans la prise en charge pénale des mineurs - Regards croisés France-Québec (2017-2019)

 

HYBRIDA-IS : L’IREIS est membre fondateur du Groupement d’Intérêt Scientifique Hybrida-IS. Catherine Lenzi est membre du conseil de groupement d’Hybrida-IS

LE PREMIER RESEAU INTERNATIONAL MIXTE DE RECHERCHE EN INTERVENTION SOCIALEUniversités – Écoles de Formation en Travail Social (EFTS)12 équipes de recherche

HYBRIDA

 

Axes de Recherche « Les Métiers-en-actes – Les Actes de métiers – Dynamiques de professionnalisation »

Le réseau Hybrida-IS a été mis en place au cours du 1er semestre 2016 et a adopté la formule du  GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) le 1er juillet 2016. Forts d’une expérience de coopération Universités-Etablissements de formation en travail social (EFTS) dans la conduite de recherches en travail social/intervention sociale, 12 équipes de recherche (laboratoires de recherche universitaires et  établissements de formation en travail social) ainsi que des chercheurs à titre individuels se sont engagés dans la création d’un réseau international regroupant, à ce stade, des chercheurs de France, Portugal, Suisse, Québec.L’objectif n° 1 du réseau est d’apporter une contribution significative et originale à la mise en œuvre du processus de reconnaissance de l’intervention sociale comme champ de recherche via la structuration d’un réseau mixte (universités-EFTS) à partir d’une orientation scientifique spécifique, que nous avons intitulée : « Métiers en actes/Actes de métier et dynamiques de professionnalisation ».Parler de « métiers en actes » et d’ « actes de métiers » permet de saisir l’effectivité des dynamiques de transformations des métiers aux prises avec de fortes tensions entre d’un côté la mémoire des métiers (les cultures professionnelles) constitutive des identités professionnelles et de l’autre les pratiques au quotidien confrontées à l’invention de réponses opérationnelles appropriées dans l’interaction avec les personnes accompagnées prenant en compte les cadres et outils des politiques sociales. Il s’agit ainsi d’étudier ensemble l’activité, les représentations, les identités, la culture et la rhétorique du groupe professionnel, qui font l’intervention au quotidien des travailleurs sociaux. Bref les éléments à la fois concrets et symboliques du travail et non seulement l’activité in situ.

Pourquoi l’appellation : HYBRIDA-IS ?

L’hybridité constitue en effet un bon marqueur du réseau, à plusieurs titres :

  • une hybridité institutionnelle : l’association de labos universitaires, d’instituts en intervention sociale au sein d’universités et d’équipes de recherche d’écoles françaises en travail social ;
  • une hybridité disciplinaire et scientifique : la volonté de croiser différentes approches disciplinaires (travail socal ; sociologie ; psychologie ; anthropologie ; linguistique ; sciences de l’éducation ; géographie ; philosophie ; sciences politiques) et courants théoriques ;
  • une hybridité des savoirs : la place donnée à l’activité des acteurs se traduit par le recours à des recherches conjointes ou collaboratives associant chercheurs, praticiens chercheurs et praticiens appelés de ce fait à croiser leurs savoirs respectifs.

Des enjeux scientifiques, institutionnels et professionnels

  • Des enjeux scientifiques : structurer un champ de recherche en intervention sociale au sein de la communauté scientifique ;
  • Des enjeux institutionnels et professionnels : contribuer ainsi à l’inscription opérationnelle des écoles en travail social (EFTS) dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche, au renforcement du dispositif de recherche au sein des EFTS en lien avec le processus LMD*, à la (re) professionnalisation du travail social et de la formation fondée sur la reconnaissance de ce qui fait le travail et la vie du social (individus, collectifs, organisations).

Les objectifs du réseau

  • Favoriser le développement de recherches ayant trait à l’orientation scientifique du groupement, dans le cadre de coopérations entre membres du réseau, par la mise en commun d’une partie de leurs ressources scientifiques, institutionnelles, humaines et financières
  • Valoriser les recherches passées et à venir aussi bien dans le champ scientifique que dans le champ de l’intervention sociale et de la formation afin qu’elles contribuent à la reconnaissance institutionnelle de ce domaine de recherche et à l’accompagnement des dynamiques de (re) professionnalisation du travail social et de la formation
  • Structurer une communauté scientifique comme support du développement d’un nouveau doctorat en travail social dans le cadre du processus en cours de « LMDisation » des formations sociales.

Un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS)

Un GIS est en place depuis le 1er juillet entre les 12 labos ou équipes de recherche suivantes : 4 laboratoires universitaires de recherche ; 7 équipes de recherche d’EFTS ; 1 équipe d’institut supérieur de service social d’université (Université Lusíada de Lisbonne). Auxquels se sont joints à titre individuel 13 chercheurs issus d’autres institutions de recherche.

Équipe de direction

  • Directeur : Richard Wittorski (Professeur, CIVIIC Rouen), initiateur du réseau
  • Directeur adjoint : Philippe Lyet (Responsable du Centre de recherche de l’ETSUP)
  • Chef de projet : Patrick Lechaux (chercheur en sciences de l’éducation, Escol/CIRCEFT, Université Paris 8), initiateur du réseau
  • Pdt du Conseil scientifique (composé de 20 membres) : Didier Demazière, Dr de recherche CNRS, CSO/Sciences Po Paris.

Conseil du GIS

  • Anne Petiau (BUC Ressources – Dir. CERA / Lise-Cnam)
  • Catherine Lenzi (IREIS Rhône-Alpes)
  • Cécile Lagarde (IRTESS Bourgogne)
  • Christian Jetté (Ecole travail social/UdM)
  • Corinne Chaput-Le Bars (IRTS Basse Normandie-Caen)
  • Michel Binet (Lisbonne : ISSSL-ULL – CLISSIS / ESECS-IPP)
  • Pascaline Delhaye (IRTS Hauts de France)
  • Patrick Lechaux (Escol/CIRCEFT, Université Paris 8)
  • Paul Olry (Agrosup Dijon – Dir. Unité Propre “Développement professionnel et formation” UP DPF)
  • Philippe Lyet (ETSUP Paris)
  • Richard Wittorski (CIRNEF / Université de Rouen)
  • Marc Rouzeau (ASKORIA)

Comité “Transfert de la recherche” (Dénomination provisoire)

  • Bertrand Coppin, Président (IRTS Hauts de France
  • Milieux professionnels (en cours de désignation)
  • Jean-Michel Godet (Dir. IRTS Normandie – Caen)
  • Marc Kempf (Askoria)
  • David Bouaziz (Groupement Buc/St Honoré/Cerep)
  • Philippe Ropers (IRTESS Bourgogne)

Institutions membres

  • Agrosup Dijon – Unité Propre “Développement professionnel et formation” UP DPF) / Dir :  Paul Olry
  • Labo CERSE- CIRNEF  Université Normandie Caen /  Dir : Thierry Piot
  • CIVIIC-CIRNEF / Université de Rouen) : Richard Wittorski
  • GEACClissis / ISSSL-ULL ( Lisbonne Portugal) /  Dir : Michel G. J. Binet
  • Labo Profeor-CIREL Université Lille 3 / Dir : Christophe Niewiadomski
  • ASKORIA
  • ETSUP Paris
  • Groupement Buc/St Honoré/Cerep
  • IREIS Rhône-Alpes
  • IRTESS Bourgogne
  • IRTS Hauts de France
  • IRTS Normandie – Caen

Membres à titre individuel

  • Yves Couturier (Ecole travail social/Université Sherbrooke, Québec)
  • Lucie Dumais (Ecole travail social UQAM / Responsable du Doctorat en travail social)
  • Florence Fondeville (Erasme / Laboratoire psychologie sociale Toulouse)
  • Véronique Héberey (HES Neuchatel, Suisse)
  • Christian Jetté (Ecole travail social/UdM, Québec)
  • Claire Jondeau (CIVIIC, Rouen)
  • Patrick Lechaux (Escol/CIRCEFT, Université Paris 8)
  • Joëlle Libois, Sylvie Mezzena, Kim Stroumza (HETS Genève, Suisse)
  • Alexandre Moine (ThéMA, Université de Besançon)
  • Yvette Molina (IFSY 78 / EHESS)
  • Florence Tardif Bourgoin (CRF/Cnam)
  • Jean Thiévenaz (Université Paris 6, Crf/Cnam ; DPF Agrosup Dijon)
  • Silvia Valentin (CRFPE Lille)

Membres du Conseil scientifique (situation au 6/12/2016)

 

  • Joël Cadière IF - Labo Praxéo Collège Coopératif Rhône Alpes Auvergne
  • JM Gourville IF – retraité
  • Ph. Hirlet IF - Dr recherche IRTS Lorraine
  • Y. Darnaud MP - Délégué Gal ERP Rhône Alpes
  • R. Janvier MP - DG Fondation Trividic Bretagne
  • G. Besson MP - Resp. Evaluation/Prospective Conseil départemental Eure
  • M. Bessin U - Sociologue EHESS
  • M. Bresson U - Sociologue St Quentin en Yvelines
  • P. Cingolani U - Sociologue, Dr LCSP, Paris Diderot
  • Danaswac U - 1 membre du réseau anglophone analyse conversationnelle
  • D. Demazière U - Sociologue, Dr de recherche CNRS : CSO/ Sciences Po
  • M. Duperré U - Professeur en travail social Université Laval Québec
  • L. Filliettaz U - Linguiste Genève
  • D. Lhuillier U - Psychologue du travail
  • Ph. Mazereau U - Sc. éducation Caen
  • P. Mayen U - Sc. de l'éducation Dijon
  • Ch. Mias U - Sc. de l'éducation Toulouse
  • Ph. Milburn U - Sociologue Rennes
  • G. Monceau U - Sc. de l'éducation Cergy
  • L. Mondada U - Linguiste Bâle
  • B. Ravon U - Sociologue Lyon
  • F. Schepens U - Anthropologue Besançon
  • Marc-Henry Soulet, U - Sociologue, travail social, Université de Fribourg, Suisse, Sre Gal AISLF
https://hybridais.hypotheses.org/

SOCIO

 

Le Sociographe : L’IREIS est membre du comité de direction de la revue. Catherine Lenzi est membre du conseil scientifique. Nordine Touil est membre du comité de rédaction.

http://www.irts-lr.fr/le-sociographe.html

aifris

AIFRIS : L’IREIS est membre adhérant du réseau. Catherine Lenzi est membre du conseil scientifique permanent de l’AIFRIS.

http://aifris.eu/index.php

PREFAS

PREFAS Rhône-Alpes : L’IREIS est membre du comité de direction de la plate-forme. David Grand est membre du conseil scientifique du PREFAS.

http://www.prefas-ra.fr/

CHAIRE

Chaire Economie Sociale et Solidaire – Lyon 2 : L’IREIS est membre de la Chaire d’economie sociale et solidaire de l’université lyon 2. Catherine Lenzi est membre du Conseil d’orientation de la chaire.

http://eco.univ-lyon2.fr/chaire-entrepreneuriat-en-economie-sociale-et-solidaire-ess--564984.kjsp

max

Lyon 2/Centre Max Weber :

  • David Grand est membre du comité de pilotage du séminaire « Les voix de la délibération : de l’ethnographie du trouble à celle de régulation ». Ce séminaire à l’initiative de Bertrand Ravon intègre l’axe 4 « Politiques de la connaissance : savoirs situés et enjeux démocratiques » du Centre Max Weber (UMR 52 83).
  • Bruno Milly, Sociologue, professeur des universités, et directeur du Centre Max Weber est co-responsable scientifique de deux programmes de recherche sur le travail éducatif contraint en milieu ouvert (CMIRA / GIP Droit et Justice) pilotés par Catherine Lenzi, Philip Milburn (ESO / Rennes 2) et Nicolas Sallée (UdM).
http://www.centre-max-weber.fr/

eso

ESO : Philip Milburn, Professeur de sociologie à l’Université Rennes 2 et directeur adjoint du laboratoire ESO-Rennes 2 est co-responsable du projet GIP Droit et Justice « Le travail éducatif contraint en milieu ouvert dans la prise en charge pénale des mineurs » avec Catherine Lenzi, Bruno Milly (CMW, Lyon 2) et Nicolas Sallée (UdM).

http://eso-rennes.cnrs.fr/fr/index.html

print

Laboratoire Printemps : Maryse Bresson, professeure de sociologie et vice-présidente déléguée en charge des relations sociales et professionnelles du laboratoire Printemps a participé à la recherche « Les pratiques d'intervention à domicile et en milieux ouverts dans les champs de la vieillesse, du handicap et de la protection de l'enfance (2012-2015) ». Elle est co-responsable avec Catherine Lenzi, Jean-Louis Laville et Christian Jetté de la recherche ANR/FRQSC « Les formes innovantes de co-construction des politiques publiques et leurs incidences sur les dynamiques de professionnalités et de besoins dans les services de soutien à domicile auprès des aînés. Mise en perspective France-Québec. »

http://www.printemps.uvsq.fr/

Univmont crise larepps

Université de Montréal/CRISES/LAREPPS: Christian Jetté est professeur à l’École de service social de l’Université de Montréal, codirecteur du Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales et membre du CRISES. Il a co-dirigé avec Catherine Lenzi durant trois ans un programme de recherche « Les pratiques d'intervention à domicile et en milieux ouverts dans les champs de la vieillesse, du handicap et de la protection de l'enfance (2012-2015) ». Dans le prolongement de ce travail, il est co-responsable avec Maryse Bresson, Catherine  Lenzi et Jean-Louis Laville de la recherche ANR/FRQSC 2017-2020 « Les formes innovantes de co-construction des politiques publiques et leurs incidences sur les dynamiques de professionnalités et de besoins dans les services de soutien à domicile auprès des aînés. Mise en perspective France-Québec. »

http://www.umontreal.ca/ - http://crises.uqam.ca/ - http://www.larepps.uqam.ca/Page/default.aspx

 

UQAM crise larepps

UQAM/CRISES/LAREPPS: Yves Vaillancourt, professeur émérite à l’UQAM, membre du laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales (LAREPPS) et du CRISES (Centre de recherche sur les innovations sociales) et Lucie Dumais, Directrice des programmes d’enseignement supérieur et Professeure à l’UQAM, membre du CRISES, codirectrice scientifique du LAREPPS ont participé à la recherche « Les pratiques d'intervention à domicile et en milieux ouverts dans les champs de la vieillesse, du handicap et de la protection de l'enfance (2012-2015) ». Yves Vaillancourt et Lucie Dumais participent comme co-chercheurs à la recherche ANR/FRQSC 2017-2020 « Les formes innovantes de co-construction des politiques publiques et leurs incidences sur les dynamiques de professionnalités et de besoins dans les services de soutien à domicile auprès des aînés. Mise en perspective France-Québec. »

http://www.uqam.ca/http://crises.uqam.ca/ - http://www.larepps.uqam.ca/Page/default.aspx

 

CJM

CJM-IU : Sylvie Normandeau, vice-rectrice adjointe aux études de 1er cycle et à la formation continue à l’université de Montréal a été directrice scientifique du Centre de recherche « Jeunes en difficulté » et du Centre jeunesse de Montréal, Geneviève Turcotte, chercheure au «Centre de recherche jeunes en difficulté» du CIUSSS Centre-Sud de et Nathalie Mainville adjointe à la directrice adjointe - programme jeunesse-services dans la communauté et ressources - au CIUSSS Centre-Sud de Montréal ont participé à la recherche « Les pratiques d'intervention à domicile et en milieux ouverts dans les champs de la vieillesse, du handicap et de la protection de l'enfance (2012-2015) ».

https://www.ciusss-centresudmtl.gouv.qc.ca/nos-installations/centre-de-protection-de-l-enfance-et-de-la-jeunesse/

HETS

HETS : L’IREIS et la Haute ecole de travail social de Genève ont signé, en 2015, une convention de partenariat concernant le développement d’activités scientifiques communes à travers le futur projet de recherche France-Québec-Suisse sur le travail éducatif contraint en milieu ouvert.

CERA

CERA : Anne Petiau, docteure en sociologie, responsable du Centre d’etude et de recherche appliquée (CERA), chercheure associée au Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique (CNAM/CNRS UMR3320) est responsable scientifique avec Catherine Lenzi et Christian Jetté du chantier « Les enjeux du tryptique « personne concernée – proche aidant - professionnel » dans l'intervention sociale à domicile auprès de personnes handicapées psychiques » dans le cadre du programme triennal d’HYBRIDA-IS.

https://www.buc-ressources.org/recherche/presentation-du-cera

ARC

CMIRA : L’appel à projets «Coopérations et mobilités internationales Rhône-Alpes » vise à renforcer les coopérations internationales dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche. L’IREIS est associé à ce projet par l’intermédiaire du Centre Max Weber, porteur de la convention concernant le projet « Le travail éducatif contraint en milieu ouvert dans la prise en charge pénale des mineurs ».

 

 

ANR QUEBEC

 

ANR : L’Agence nationale de la recherche finance, pour la partie française, la recherche « Les formes innovantes de co-construction des politiques publiques et leurs incidences sur les dynamiques de professionnalités et de besoins dans les services de soutien à domicile auprès des aînés. Mise en perspective France-Québec ». L’autre partie est financée par le Fond de recherche du québec – société et culture (FRQSC).

REGION

DERIC – Région Auvergne Rhône-Alpes :La Direction des coopérations internationales du Conseil Régional Rhône-Alpes a financé durant trois ans le programme de recherche « Les pratiques d'intervention à domicile et en milieux ouverts dans les champs de la vieillesse, du handicap et de la protection de l'enfance (2012-2015) »

 

 

MISSION

GIP Mission de recherche droit et justice : Le conseil scientifique de la Mission de recherche droit et justice (CNRS – Ministère de la justice) a soutenu de 2013 à 2015 les recherches « Les centres éducatifs fermés : La part cachée du travail éducatif en milieu contraint (2013-2014) » et « Échecs continus des prises en charge des mineurs et stratégies institutionnelles (2014-2015) » et a accepté le nouveau projet "Prise en charge des mineurs hors les murs - Regards croisés France-Québec" qui sera financé sur la période 2017-2019.

 

 

ONPE

 

ONPE : L’observatoire national de la protection de l’enfance a soutenu de 2014 à 2016 le programme de recherche « De la famille d’accueil au placement familial : La construction d’un champ de pratiques à l’interface des espaces de l’intime, de la formation et de l'institution ».